La criée - acte 2
l'amiante au theâtre
l'Odeum
La criée - acte 1
la comédie Française
La criée - acte 2
de jardin à cour
le quizz...
nos obligations
 

article + commentaire: Où sont passées les fibres depuis 1981 ?Qu'est ce qui est décontaminable ? quel matériel peut on garder ? Toute la machinerie ? 

 

"Le théâtre de la Criée à Marseille confronté à un épineux problème d'amiante".

(AFP / 03 septembre 2009 08h22)

MARSEILLE - Un décor d'échafaudages et de bâches: à deux mois de sa réouverture, le théâtre de La Criée à Marseille est confronté à un épineux problème d'amiante qui a déjà causé au moins un cancer parmi le personnel.

Le théâtre qui tire son nom de l'ancien marché aux poissons où il s'est installé sur le Vieux-Port, a ouvert ses portes en 1981 mais ce n'est qu'en novembre 2008, selon la direction, que la présence d'amiante a été portée à la connaissance de Jean-Louis Benoit, le directeur, et d'Alexandre Madelin, l'administrateur.

Le choix a depuis été fait de désamianter les lieux, des loges à la cage de scène, en plus des travaux de rénovation de la façade, classée, et de mise aux normes des installations électriques, programmés depuis avril 2008.

Selon le théâtre, en 1996 et 1999, des études avaient pourtant conclu à l'absence d'amiante. "A l'époque, il y avait des choses qu'on ne demandait pas, on vérifiait surtout les flocages" (projection de fibres d'amiante sur les plafonds, ndlr), concède Jérôme Mathieu, directeur technique de La Criée.

Mais en novembre 2006, un nouveau rapport avait, cette fois, détecté la présence d'amiante dans des gaines au-dessus de la scène. Selon la mairie, propriétaire des murs, la Direction générale de l'architecture et des bâtiments communaux en avait aussit�t notifié le théâtre, alors que ce dernier affirme n'avoir été mis au courant que deux ans plus tard.

"On en a la preuve", a assuré à l'AFP Daniel Hermann, adjoint à l'Action culturelle à la ville de Marseille, démentant que le dossier ait pu être enterré pour ne réappara�tre qu'au moment des travaux de rénovation.

L'ensemble des travaux a pris du retard et contraint la direction à repousser le lancement de la saison 2009-2010 à novembre, en annulant deux spectacles, après une saison 2008-2009 passée hors les murs.

"J'espère que c'est la fin de nos tourments", a déclaré mercredi Jean-Louis Beno�t, devant la presse.

Rien n'est moins s�r, cependant. Car les problèmes engendrés par la présence d'amiante ne font que commencer.

Deux cas de cancer par contamination, l'un avéré, l'autre probable, ont été détectés parmi le personnel du théâtre, scène nationale. Du coup, tous les protagonistes des lieux ont été soumis à des examens. Mais la durée d'incubation des maladies que peut engendrer une exposition à l'amiante étant longue, la direction n'exclut pas que d'autres cas apparaissent à l'avenir.

Ni qu'il y en ait eu dans le passé. Le théâtre s'est donc attelé à contacter toutes les personnes ayant travaillé en coulisses depuis 1981, intermittents compris, la partie réservée au public n'étant pas concernée par l'amiante.

Un travail colossal, en particulier pour les années antérieures à 2000, pour lesquelles les archives des lieux ne sont pas informatisées. "Cela va prendre du temps, au moins six mois", souligne M. Madelin. "On va embaucher quelqu'un pour travailler sur les fiches de paie".

Une dépense qui s'ajoute au nettoyage ou au remplacement du matériel contaminé, à l'instar des projecteurs sur lesquels des fibres d'amiante se sont déposées.

"Les conséquences financières liées à la présence d'amiante sont difficilement évaluables", poursuit l'administrateur, avançant un montant "de plusieurs dizaines, voire de centaines de milliers d'euros".

......... Commentaire:

OU SONT PASSEES LES FIBRES ?

Lors de l'article du 9 juin dernier, il me semblait que l'éventualité d'une pollution généralisée de l'ensemble des équipements de la cage de scène, ne pouvait être écartée.Deux mois après le début des travaux, nous y sommes. On ne peut pas décontaminer correctement les suspentes,les cintres, les équipements électriques et son ainsi que les structures en bois composant le plateau.
Quant au sytème de renouvellement d'air (lui-même composé d'amiante et situé sur les passerelles techniques), jusqu'où a t il conduit les fibres pendant toutes ces années ?


Rajoutons que, contrairement aux affirmations publiques de certains, les fibres en suspension, générées depuis 1981 ne sont pas restées cantonnées à la cage de scène. Pendant les représentations, on sait que les échanges d'air entre plateau et salle sont importants.
Elles n'ont donc pas affectés seulement les zones techniques et l'on peut s'interroger sur la quantité de "fibres tueuses" dans la salle.

Lors de mon dernier commentaire, j'abordais la difficulté de prévoir la fin des travaux et le coût réel de la dépollution, jusqu'à la restitution aux usagers. C'est un cas de figure récurent lorsqu'il s'agit de dépolluer un bâtiment aussi complexe.

PETIT RAPPEL de la règlementation:

- depuis le 31-12-2003, l'ensemble des matériaux contenant de l'amiante (MCA) doit être repéré dans un ERP de première catégorie. Dans le cas du théâtre de la criée, ce sont ces matériaux qui ont diffusé des fibres dans l'établissement.
Auparavant, l'obligation de repérage ne portait que sur les flocages, calorifugeages et faux - plafonds.


- Le risque d'exposition à l'amiante doit figurer dans l'évaluation des risques professionnels préalable au Document Unique; des mesures conservatoires peuvent être requises dans le cas de présence d'amiante.Dans le cas de La Criée, s'il y a aujourd'hui deux personnes souffrant de pathologies spécifiques, on ne peut que s'inquiéter pour l'ensemble du personnel en place depuis de longues années. Le suivi médical renforcé réglementaire est de 50 ans.

------------------------------------------------
Voici l'information officielle que diffuse la Ville de Marseille. Les victimes, ainsi que la CRAM et la direction du travail qui ont demandé la fermeture de l'établissement, apprécieront.

Les travaux de rénovation électrique ont été effectués avant le désamiantage mais en connaissance de la présence localisée des matériaux contenant de l'amiante, ce qui a imposé à ces travaux, des procédures particulières.
-------------------------------------------------

"Désamiantage du Théâtre de la Criée : la ville de Marseille va au-delà des obligations réglementaires."

Date de publication : mardi 8 septembre 2009
Communication de la ville de Marseille du 3 septembre 2009 - Jeunesse, culture et sport.

"Suite au report de la programmation du théâtre de la Criée due aux travaux de désamiantage actuellement en cours, M. Benoit, Directeur de la Criée a annoncé lors dʼune conférence de presse que la Ville de Marseille ne lʼavait pas tenu informé du rapport émis en 2006 faisant état de la présence dʼamiante dans certains matériaux du bâtiment.

Or, la Ville de Marseille a transmis au Directeur de la Criée une fiche récapitulative de cette étude dès le 29 décembre 2006.

Des mesures dʼempoussièrement effectuées le 2 décembre 2008 ont révélé un taux de poussière dʼamiante inférieur au seuil légal.

Néanmoins et en vertu du principe de précaution, la Municipalité a investi plus de 850 000 euros afin de retirer les matériaux présentant de lʼamiante dans le bâtiment.

Ces travaux complémentaires ont été décidés en accord avec la direction du Théâtre, y compris pour le délai nécessaire.

Il nʼy a donc aucun sujet de polémique sur le problème de lʼamiante, ou de la date dʼachèvement des travaux.

Parallèlement, soucieuse de son patrimoine culturel, la ville de Marseille a investi plus de 1,350 million dʼ euros pour remettre en état lʼinstallation électrique et 450 000 euros pour la façade du théâtre."

Pour en savoir plus : www.marseille.fr